La musique de jeu vidéo

19 avril 2019
Nathalie Ciel

Je suis amatrice de musique, mais aussi de jeux vidéo. L'histoire a montré qu'il n'a pas fallu longtemps pour que ces 2 domaines se rejoignent.

Dés les premières heures du jeu vidéo, la musique s'est associée au plaisir de jouer. Il est vrai que les premiers jeux étaient accompagnés de "bip-bip", mais rapidement au début des années 80, les machines ont intégré des processeurs dédiés à la musique.

Et maintenant, ça ne choque personne d'écouter la musique sur un ordinateur. D'ailleurs, il n'y a presque plus d'autres solutions. Pratiquement tous les nouveaux dispositifs sont numériques. Donc, il n'est pas étonnant que les jeux puissent profiter de la musique aussi bien que les films.

D'ailleurs la musique de jeux a un autre point commun avec la musique de film : Quand elle est bien faite, elle fait passer des émotions. Et c'est important, on ne retrouvera pas la même musique dans un jeu enfantin, un jeu d'horreur, un jeu d'action ou un jeu de réflexion. La musique est d'ailleurs importante pour plonger le joueur dans une ambiance. Pour ma part, il n'est pas rare de ressentir une ambiance de jeu juste en écoutant la musique.

Je vais donc essayer d'introduire les différentes facettes de cet art, qui a malheureusement été trop souvent dénigré.

1. Au début : Le néant

Les premiers jeux n'avait pas de sons, ou pratiquement que des bips. Je ne vais pas m'attarder sur cette époque sans intérêt pour cet article. Mais pour voir d'où nous venons, voici ce que c'était : Pong en 1972.

Je ne suis plus toute jeune, mais là je n'étais même pas née.

2. Puis fut le chiptune

Au début des jeux vidéo, les machines étaient peu puissantes (quelques ko de stockage). Donc, la musique n'avait pas la forme existante, elle était générée par des composants électroniques émettant des sons basiques et qui étaient programmés pour jouer une partition.

Souvent ces composants dédiés à la musique étaient très limités (2 à 6 voix en simultanées) et n'avaient pas une qualité extraordinaire.

Sur les machines 8 bit (NES, Amstrad CPC, SEGA Master System ...) la musique n'était pas forcément belle. Mais des compositeurs ont commencé à essayer de tirer le meilleur parti des machines pour créer des environnement musicaux de qualité. Ce n'est pas parce que le rendu sur du mauvais matériel est basique, que le travail de composition est mauvais.

De ce fait, dés cette époque, il y a des morceaux qui ont été créés et qui sont devenus des standards et même qui ont été réinterprétés quelques décennies plus tard dans un contexte qui montre la qualité de la composition.

Personnellement, je n'écoute jamais de la musique de machines 8 bits pour le plaisir (j'aime rarement). Mais on retrouve de la musique chiptune sur du matériel 16bits de qualité que j'apprécie de réentendre.

2.1. Mes standards 8bits

Nathalie jour à Bubble Bobble sur NES

2.2. Le temps des 16 bits et 32 bits

Les jeux suivants m'ont marqué par leur qualité, mais aussi par leur bande originale :

2.3. Et le temps des modtrackers arriva

Le chiptune, c'est sympa, mais c'est limité. Avant d'arriver à la musique complètement enregistrée, il y a eu les trackers.

Le principe est le même que pour le chiptune : La musique est programmée sur 4 ou 8 voix. Mais les instruments ne sont pas simulés par un processeurs enroué, ils sont joués à partir d'un sample (enregistrement digital) des instruments dont la fréquence varie en fonction de la note.

Si vous n'avez jamais vu un tracker fonctionner, c'est que vous n'avez pas eu d'Amiga ou d'Atari ST. Donc en voilà un en fonctionnement : Tracker sur Atari ST. On voit bien les notes défiler sur chaque voix.

Beaucoup de jeux sur du matériel 16bit (voire après) utilise cette technique pour avoir une musique de qualité tout en économisant de la place. Souvenez vous des disquettes de 720ko ou 1.44Mo : Ce n'est même pas la taille d'un MP3.

Finalement le tracker et le MIDI ont fini par se rejoindre. Le MIDI est un standard dans le cadre de la musique informatique de qualité (encore aujourd'hui). Certains se souviennent peut-être des premières carte son ADLIB sur PC qui permettait d'avoir des musiques de fou dans Doom. Exemple : Doom sur PC avec une carte AdLib.

Bataille dans Doom

Je ne vous ferai pas l'histoire des cartes son sur PC. Mais vous devez au moins connaître celles qui ont révolutionner ce domaine : Soundblaster PRO, Soundblaster 16 et Soundblaster Live (Tiens !!!! j'en ai encore une qui traîne au fond d'un placard.)

2.4. Les spécialistes de la chiptune

De nos jours, il y a encore des spécialistes de la chiptune avec des sons purement électroniques. Certains éditent des albums comme Chipzel. Elle est jeune, mais vraiment douée.

3. Et maintenant

La musique des jeux récents peut être mauvaise ou bonne (là rien a changé), mais elle est majoritairement enregistrée comme pour les films.

Voici quelques thèmes que j'aime particulièrement :

Image du jeu Trine

4. Les reprises

Comme pour les musiques grand public, la musique de jeu est aussi soumise à la mode des reprises.

4.1. Reprises entre  jeux

Première facette de cette mode, la reprise des thèmes dans les diverses versions d'un jeu :

4.2. Reprises diverses

Si vous cherchez des reprises sur YouTube vous n'en manquerait. En voici quelques unes qui m'ont marqué, mais ce domaine est immense.

4.3. Les reprises par des orchestres symphoniques

Une des tendances qui est vraiment apparue il y a une dizaine d'années, c'est des concerts de grands orchestres symphoniques dédiés à la musique de jeux. On voit que des morceaux biens composés peuvent être arrangés pour devenir des chefs d’œuvre (Les Mozards du 21ème siècle) :

5. Les bons liens

Harmony of Heroes : Un beau site qui distribue gratuitement des reprises de jeux de très bonne qualité. En fait je les trouve toutes biens.

Les démons du midi : un podcast dédié à la musique de jeu vidéo. C'est une vraie encyclopédie (ils en sont au 66ème numéro). Je les ai tous écouté et j'ai apprécié d'avoir plus de variété de style qu'à la radio. Si vous êtes intéressés par cet art, je vous conseille d'écouter ce podcast.

6. Les compositeurs

Les compositeurs de musiques sont maintenant nombreux. Certains sont des spécialistes, d'autres oscillent entre le cinéma, les séries et le jeu vidéo. Vous trouverez les principaux ici.

Un élément important à savoir, c'est que beaucoup de petits jeux qui sont biens réussis, sont en général développés par des personnes douées. Et souvent, les personnes douées savent aussi faire de la musique. Il n'est pas rare qu'un jeu bien fait ait une musique composée par le (ou les) développeur(s).

Un compositeur mérite d'être nommé ici, car c'est le boss : Koji Kondo. C'est lui qui a composé la majorité des grands thèmes musicaux de Nintendo.

7. Les groupes des développeurs

Les entreprises qui créent des jeux, et particulièrement les grosses, ont les moyens de financer des groupes pour créer des bandes originales. En voici quelques exemples :

8. Pour le fun

Ce chapitre n'est pas là pour vous faire découvrir de la belle musique, mais plutôt une idée originale : Transformer les lecteurs de disquette (oui, oui ... je sais que les plus anciens de nous connaissent) en instrument de musique :

9. Conclusion

J'espère que cet article vous aura fait découvrir que le jeu vidéo est très lié à la musique et qu'il y a un vrai monde autour de cette association.

Pour la fin, je vous propose cette vidéo d'une reprise du thème "Bloody tears" de Caltlevania (encore). J'aime particulièrement cette vidéo pour la qualité de la musique, le morceau et l’esthétique.

Et j'imagine que vous n'aurez pas eu de mal à deviner que j'étais fan des consoles de BigN ;-) et de Castlevania.

A bientôt